BEAUCOUP DE BRUIT POUR RIEN. (Annoté) (French Edition)

Free download. Book file PDF easily for everyone and every device. You can download and read online BEAUCOUP DE BRUIT POUR RIEN. (Annoté) (French Edition) file PDF Book only if you are registered here. And also you can download or read online all Book PDF file that related with BEAUCOUP DE BRUIT POUR RIEN. (Annoté) (French Edition) book. Happy reading BEAUCOUP DE BRUIT POUR RIEN. (Annoté) (French Edition) Bookeveryone. Download file Free Book PDF BEAUCOUP DE BRUIT POUR RIEN. (Annoté) (French Edition) at Complete PDF Library. This Book have some digital formats such us :paperbook, ebook, kindle, epub, fb2 and another formats. Here is The CompletePDF Book Library. It's free to register here to get Book file PDF BEAUCOUP DE BRUIT POUR RIEN. (Annoté) (French Edition) Pocket Guide.

Dame je nen puis mais car len me voleit faire roi a force. Et la roine dist: Sire Hanfroi vos avez dreit et des puis que vos lavez ensi fait je vos pardoinz mon mautalant; or alez si fiatez vostre homage au roi. Hanfroi si mercia la roine por ce que ele li avoit son mautalent pardone; si fist homage au roi et remest avec la roine en Jerusalem. Quant li cuenz de Triple et li baron qui a Naples estoient oirent dire que Hanfroi avoit fait homage au roi; si furent moult dolent et nen sorent que faire.

Adonc vindrent li baron au conte de Triple et li distrent: Sire por Deu conseilles nos dou seirement que li Rois Meseau nos fist faire; que nos ne volonz faire chose dont nes ayons blasme ne reproche. Li cuenz lor dist que il tenissent lor sairement si come il lavoient fait car autre conseil il ne lor savoit doner. Lors pristrent conseil li baron entreauz; si vindrent au conte si li distrent: Sire des puis que a tant est la chose alee que il y a roi en Jerusalem nos ne poomes pas regner contre lui que nos aurions blasme; si vos prions por Deu que vos ne nos en sachez maugre.

Mais alez a Tabarie si soiez ilec et nos irom en Jerusalem au roi si ferons nos homages et toute laide que nos vos porrons faire nos la vos feronz sauves nos honors et porchacerons que tout le cost que vos avez mis en la terre dont li Rois Meseaus vos mist Barut en gage que vos le raurez. A ce conseil ne vost pas estre Bauduins de Rames. Quant li cuenz de Triple vit que tuit li baron li estoient failli si sen ala a Tabarie et li baron alerent en Jerusalem au roi faire lor homage fors solement Bauduin de Rames. Mais il y envoia un suen fiz qui estoit juenes et dist as baronz que il proiassent le roi que il meist son fiz en saisine de sa terre et preist son homage.

Quant li baron orent fait lor homage au roi si li preerent dou fiz de Bauduin de Rames que il le meist en saisine de la terre de son pere et preist son homage. Li rois respondi que en saisine ne le metroit il pas de la terre ne son homage ne recevroit il mie jusque a icele hore que li peres li auroit fait homage; mais se li peres li avoit fait homage il auroit bien conseil de metre le fiz en saisine de la terre.

Et seust il bien de voir que se Bauduins de Rames ne venoit avant et ne li faiseit homage il saisiroit sa terre. Apres ce li rois fist semondre Bauduin dybelin et les autres baronz por venir tenir. Si come il furent assemble au parlement en la mere Iglise de Sainte Crois li rois monta ou letrin si comenca a parler et a mostrer coment il avoit este coronez a roi de Jerusalem et coment Deu li avoit faite tel grace de si digne corone.

Ja fust ce que il nen fust mie dignes ne le deussent il mie tenir en despit. Si lor requist que il li feissent lor feautez et lor homages si come home deit faire a son seignor et a tant fina sa parole. Ensi come il ot fine il dist au prince Renaut qui ilec estoit pres de lui que il apelast Bauduin de Rames et que il li feist homage. Li princes Renaus lapela par trois fois; il come sages ne vost respondre a son apel. Quant li rois vit que Bauduin dybelin ne respondeit a lapel dou prince il meismes lapela: Beauz amis venez avant si me faites vostre homage et vostre feaute et faites bon corage a ces gentis homes qui ici sont.

Onques mon peres ne fist homage au vostre ne je ne le ferai a vos; je vos comant mon fie jusque a tant que Tomassin mon fiz soit daage. Il venra a vos come a seignor et vos fera ce que il deit et je vos vuiderai vostre roiaume dedenz tiers jor. Puis prist conge a Balian son frere et li charja son fiz a garder jusque il fust daage. Donc se mist au chemin et sen ala vers Antioche; et li chevalier qui avoient comandez lor fiez alerent ensement au prince dantioche.

Quant li princes dantioche oi dire que Bauduin dybelin veneit a lui a tant de chevaliers si en fu moult liez et joianz; il ala encontre eauz et les recut a grant joie. Dedenz ce que les choses aloient en tel maniere vint une espie au prince Renaut et li dist que une grant carevane venoit de Babyloine a Domas et devoit passer par la terre dou Crac. Li princes monta tantost a cheval et ala au Crac et assembla de gent ce que il post et ala et prist cele carevane et la suer de Saladin qui avec estoit.

Quant Saladin loi dire que li princes Renaus avoit prise la carevane et sa suer durement en fu iriez et dolens.

akb-rubezh.ru/language/have/rastreador-para-celular-samsung-note-5.html

Internet History Sourcebooks Project

Il manda tantost ses messages au noveau roi requerant la carevane et sa suer que il ne voloit mie enfraindre la trive que il avoient fermee au tenz dou petit roi. Li rois Guis manda au prince Renaut que il rendist a Saladin la carevane que il avoit prise et sa suer. Il respondi que il nen rendreit point et que ausi estoit il sires de sa terre come il de la soe et que il navoit point de trives as Sarrasinz. La prise de ceste carevane fu lachaison de la perdicion dou roiaume de Jerusalem. Li rois Guis qui fu en Jerusalem si prist conseil au maistre dou Temple que il porroit faire dou conte de Triple qui son homage ne li voloit faire.

Li maistres dou Temple li conseilla que il semoncist son ost et alast asseger Tabarie. Quant li cuens de Triple oi dire que li rois avoit semonz son ost por venir sur lui si ne fu mie liez. Il manda a Saladin qui sires estoit de Domas que li rois Guis avoit ajoste son ost por venir sur lui et cil li manda chevaliers et sergenz et arbalestriers et armes asses et li manda que se len lassegeit la matinee il le secorroit au vespre.

Donc vint Saladin si semost ses oz et assembla a Belinas a.

Join Kobo & start eReading today

Quant li rois Guis ot assemble son ost a Nazereth si vint Balianz dybelin si dist: Sire por quei avez vos assemble ci cest ost contre yver. Li rois dist que il voloit asseger Tabarie. Par cui conseil est ce que vos volez ce faire. Cist conseaus est mauvais; ne onques sages hom ne le vos dona; et ce sachez vos bien que par mon conseil ne par le conseil de vos baronz ni porterez vos les piez; car il a grant chevalerie dedens Tabarie de Crestienz et de Sarrasinz et vos avez po gens por asseger Tabarie.

Et si sachez que se vos y alez ja pie nen eschapera; car tantost come vos laures assege Saladin le secorra o grant plente de gent mais departez vostre ost et je et une partie des prodes homes de vostre ost irons au conte de Triple et feronz se nos poons la pais entre vos et lui car la haine nest mie bone. Lors departi li rois son ost; si envoia a Tabarie ses messages si come len li ot loe. Quant il vindrent au conte et il li parlerent de pais faire li cuenz dist que nule pais il ne feroit tant que il seroit saisiz dou chastel de Baruth dont len lavoit dessaisi; mais se il estoit saisi dou chastel il en feroit tant que tuit li en sauroient bon gre.

Li message sen tornerent et vindrent arriere au roi et li conterent ce que il avoient trove au conte de Triple. A tant demora li affaires tout liver jusque apres la Pasque; et quant ce vint apres le pascor li rois Guis oi dire que Saladin assembleit son ost por entrer ou roiaume en la terre des Crestienz. Il manda toz les baronz de sa terre les prelaz arcevesques et evesques que il venissent a lui en Jerusalem; et il y alerent.

Et quant il furent venus devant lui si lor demanda conseil que il feroit; que tout ensi assembloit Saladin son ost por venir sur lui. Li baron de la terre li loerent et conseillerent que il sacordast au conte de Triple; et que se il ne si acordeit il ne porroit pas ost tenir contre les Sarrasins. Qur li cuenz de Triple avoit grant chevalierie avec lui et si estoit sages hom; et que se il estoit bien de lui et il voloit croire son conseil il ne pooit rienz douter les Sarrasinz: Sire vos avez perdu le meaudre chevalier et le plus sage qui soit en vostre terre ce est Bauduin de Rames; et se vos perdes laide et le conseil dou conte de Triple donc aves vos tout perdu.

Lors dist li rois que volentiers feroit pais a lui et volentiers si acorderoit et fereit ce quil li loereent que bien seroit a faire. Si lor comanda que il alassent a Tabarie au conte de Triple por faire la pais.


  1. The Life of the Spirit: In The Convergent Points of Dreams, Spirituality and Psychology.
  2. Kuroko's Basket Tome 21 pdf!
  3. The Path to Hades (And Other Collected Tales).
  4. Sermons for the New Life, 7th Edition & Vicarious Sacrifice, Grounded in Principles of Universal Obligation (Two Books With Active Table of Contents)!
  5. Ice Age!

Et itel pais come il feroient entreauz il tendroit. Lors murent li message si alerent li quatre gesir a Naples; et Renaut de Saete ala autre part un autre chemin. Or furent la premiere nuit a Naples. Donc vint Balian dybelin au maistre dou Temple et a celui del Ospital et a larcevesques de Sur si lor dit que la lor jornee de lendemain estoit petite et que il demorereit a Naples que il avoit affaire et que il movroit la nuit et erreroit tote nuit tant que il seroit a eauz au point dou jor.

Ensi sen alerent la nuit et Balian demora.

Reward Yourself

Un des fiz de Saladin qui novelement estoit adobez a chevalier que len nomeit Noredin Amirail qui puis fu sires de Domas si estoit herbergez outre le flum dou gue Jacob. Saladin son pere li manda que il deust entrer en la terre des Crestienz et gager les Crestienz por la carevane que li princes Renaus prist et por sa suer que il tenoit en prison que il aveit prise en la devant dite carevane.

Por ce que cil ne poeit entrer par autre part que par la terre de Tabarie et la seignorie de Tabarie si estoit dou conte de Triple en celui tenz et por ce que li devant dit conte avoit trives o lui et faites maintes ayes et maintes amors au devant dit Saladin ne vost entrer en la terre des Crestiens sanz son conge; et por ice que il avoit descorde entre lui et le roi por ice manda il au conte de Triple que il le laissast entrer en la terre des Crestienz par mi sa terre por faire une chevauchee.

Quant li cuenz oi le mandement si en fu moult dolens et pensa que se il li escondiseit celui don que il li demandoit il se doutoit que il nen perdist laide et le conseil de Saladin; et se il li otroeit grant honte et grant blasme en auroit de la Crestiente. Et pensa aprez que il le feroit en tel maniere que il garniroit les Crestienz si que il ni perdroient riens. Donc manda il au fiz de Saladin que bien li donoit conge daler par mi sa terre et de entrer en la terre des Crestienz par tel covenant que il au Solau Levant passereit le flum et au Solau Cochant retorneroit arriere en sa terre; ne ne gerroit dou flum envers solau cochant et que dedens vile ne dedens maison nule chose ne prendreit ne damage ne feroit.

Ensi le creanta le fiz de Saladin a faire et a tenir. Quant ce vint le matin lendemain si passa le flum et vint devant Tabarie; si entra en la terre des Crestiens et li cuenz de Triple fist fermer les portes de la cite que cil dedens nen ississent por lor faire damage. Or sot bien li cuenz le jor avant que li message le Roi Gui venoient a lui; si fist faire letres et prist messages et les envoia a Nazareth as chevaliers qui la estoient en garnison et par toute la terre ou il savoit que li Sarrasin devoient aler; que por chose que il veissent ne que il oissent ne se meussent celui jor de vile ne de maison hors car li Sarrasin devoient entrer en la terre; et que se il se tenoient quoi que il nen ississent des viles il nauroient garde; et se len les trovoit as chanz lon les prendroit et ocirroit.

Ensi garni li cuenz de Triple ceauz dou pais. Apres ala li messages a la Feue au maistre dou Temple et au maistre del Ospital et a larcevesque de Sur et si lor aporta letres de par le conte de Triple. Quant li maistres dou Temple sot que li Sarrasin devoient lendemain entrer en la terre si prist un message et lenvoia batant au covent dou Temple qui estoit a quatre milles dilec a une vile qui a nom Caco; si lor manda par ses lettres que tantost come il auroient veu son comandement montassent et venissent a lui car lendemain devoient entrer li Sarrasin en la terre.

Tantost come li covens oi le comandement dou maistre si monterent et vindrent la anceis que il fust mie nuit et se logerent devant le chasteau; et quant ce vint lendemain par matin si murent et alerent a Nazareth. Si estoient cent meins dis et cil del Ospitau. Car li Crestien se tenoient si garni come li cuenz lor avoit mande. Li devant dit maistre estoit bonz chevaliers et segur de son cors si mesprisoit toutes autres gens come cil qui estoit trop outrecuides il ne vost croire conseil dou maistre del Ospital frere Roger des Molins ne de frere Jaque de Mailli qui estoit mareschal dou Temple ainz le ranpona et li dist que il parloit come home qui beoit a foir; et li dist: Vos amez trop cele teste blonde qui si bien la volez garder.

Dont li mareschaus li respondi que il ne sen fuireit mie de la bataille ainz remaindroit ou champ come prodome et il sen fuireit come mauvais recreant. Donc vint li maistres dou Temple et li chevalier qui estoient avec lui si se ferirent es Sarrasinz et li maistres del Ospital ausi et li Sarrasin les recurent moult lieement si les forclostrent si que li Crestien ne parurent entreaus; car li Sarrasin estoient encores. La ot li maistres del Ospitau la teste copee et tuit li chevalier dou Temple ausi fors solement le maistre dou Temple qui sen eschapa soi tiers de chevalier; et li.

Quant li escuier dou Temple et del Ospitau virent que li chevalier se estoient ferus entre les Sarrasinz si tornerent en fuie o tout lor harnois si que dou hernois des Crestienz ni ot riens perdu. Or vos dirai que li maistres dou Temple fist. Si come il passa Nazaret et il aloit encontre les Sarrasins il envoia un sergent batant a cheval arrieres; et fist crier par Nazareth que tuit cil qui armes porroient porter alassent apres lui au gaaing car il avoient les Sarrasins desconfiz. Lors sen issirent cil de Nazareth tuit cil qui aler i porent et corurent tant que il vindrent la ou la bataille avoit este.

Si troverent les Crestienz morz et desconfiz; et li Sarrasin lor corurent sus si les pristrent toz.

Kuroko's Basket Tome 21

Quant li Sarrasin orent desconfit les Crestiens et ociz si pristrent les testes des chevaliers Crestiens que il avoient tues si les atacherent sur les fers des lances; si en menerent prisonz lies et sen passerent devant Tabarie. Quant li Crestien qui dedenz Tabarie estoient virent que li Crestien estoient pris et desconfit et que li Sarrasin portoient les testes sur lor lances et que len les en menoit pris et lies; si en orent grand duel. Por ce que il veoient les testes de lor amis porter et les autres qui estoient pris mener lies par devant eauz si en firent tel duel que a poi que il ne se tuoient.

Ensi passa li fiz de Saladin des le solau cochant le flum arriere de jor; et bien tint au conte de Triple ses covenanz. Ne onques en chastel ne en vile ne en maison ne firent damage fors de ceauz que il troverent es chans. Ceste bataille fu faite par un vendredi; celui jor fu feste de Saint Jaque et de Saint Felipe le premier jor de mai. Ce fu por lachaison de la carevane que li princes Renaus avoit prise en la terre dou Crac et ce fu li comencemens de la perte do roiaume.

Balian qui a Naples estoit quant ce vint la nuit si mut si come il ot en covent au maistre dou Temple et a celui del Ospital por aler aprez eaus. Quant il ot erre. Si sapensa que il estoit moult haut jor et que il nen iroit avant si auroit messe oye. Lors si torna a la maison de levesque si le fist lever et se assist avec lui et parla tant que la guaite traist le jor. Lors fist li evesques revestir un suen chapelain et li fist chanter messe.

Quant Balianz ot oye la messe si sen ala grant aleure apres le maistre dou Temple et ala tant que il vint au chastel. Les tentes dou covent trova tendues si nen y avoit nului dedens; lors se merveilla moult que il ne trova a cui demander que ce poeit estre.

Lors fist un suen vallet entrer dedenz le chastel por enquerre se il trovereit qui li deist que ce poeit estre. Li vallez ala et cria par le chastel; onques ni vit home qui li seust dire noveles que. Lors vint a son seignor si li dist que il ni avoit nului trove qui noveles li seust dire. Donc vint ses sires si li comanda que il montast a cheval et alast apres lui si alerent vers Nazareth. Quant il orent un po esloigne le chastel si sen issi un frere dou Temple a cheval et cria que il le atendissent; et il atendirent tant que il vint.

Balian dybelin si li demanda ques noveles et il dist: Si li conta que li maistres de lospital avoit la teste copee et tuit li chevalier dou Temple; si nen y avoit que trois eschapes et le maistre dou Temple et trois de ses chevaliers; et les chevaliers que li rois avoit mis en garnison a Nazareth estoient tuit pris. Quant Balian dybelin oi ces noveles si en fist grant duel; si apela un suen sergent et lenvoia arrieres a Naples a la roine sa feme conter ces noveles et dire que ele comandast que tuit si chevalier de Naples fussent la nuit a lui a Nazareth.

About FACTS Reports

Si encontra les escuers et le harnois as chevaliers dou Temple qui estoit eschape de la desconfiture; or sachez de voir que se il ne fust tornes au Sabast por oir messe il fust bien venus a tens a la bataille. Quant Balianz fu venus a Nazareth si oi gant duel mener por ces de la cite qui avoient este morz et pris en la bataille que po y avoit de maisonz dont il ni eust ou morz ou pris; et la trova le Maistre do Temple qui eschapes estoit. La se herberja Balian et atendi que ses chevaliers fussent venuz; puis fist assavoir au conte que il estoit a Nazareth. Qant li cuenz sot que Balian estoit a Nazareth et que il not pas este en la bataille si en fu moult liez.

Quant ce vint lendemain si envoia bien jusque a. Quant Balian dybelin ot trove le maistre dou Temple a Nazareth si ala a lui si li demanda de cele bataille coment ele avoit este. Et il li dist que moult se estoient bien provez et moult y avoient li Crestien ociz des Sarrasinz et estoient ja desconfiz quant un enbuschement que il avoient en une montaigne les forclost dont il furent desconfiz. Lors pristrent conseil que il envoieroient la ou la bataille avoit este por les cors des chevaliers enfoir. Donc firent prendre touz les somiers de la cite et envoierent por les cors si les firent aporter a Nazaret por enfoir.

Lendemain mut Balian et larcevesque de Sur et li maistres dou Temple por aler a Tabarie. Quant il furent hors de la cite si sen retorna li maistres dou Temple por ice que il ne poeit chevaucher tant par estoit doloros des cos que il avoit receus en la bataille le jor devant; mais Balianz et li arcevesques de Sur alerent a Tabarie. Quant li cuenz de Triple sot que Balianz et li arcevesques de Sur venoient a lui si ala encontre moult dolens et moult corroces de laventure qui estoit avenue le jor devant; et tout par lorgueil dou maistre do Temple.

Quant li cuens ot encontre les messages si les recut moult hautement et les mena avec lui en son chastel en son ostel. En celui point vint Renaut de Saete. Quant li message furent au chastel avec le conte si li distrent lor messagerie. Li cuens si respondi que il estoit moult dolens et moult honteus de laventure qui avenue estoit; et quan que il diroient et atireroient entreauz il feroit; car il savoit bien que il ne li conseilleroient mie a son damage.

Lors si li distrent que il meist les Sarrasins hors de la cite; puis sen alast avec eauz au roi. Que tout ausi come il se estoit mis en eaus ausi si estoit mis li rois de la pais faire. Li cuens si acorda bien lors si envoierent un message batant au roi et li firent assavoir que il avoient le conte avec eauz. Quant li rois oi dire que li cuenz de Triple venoit a lui si en fu moult liez que moult avoit este dolent dou damage que li Templier avoient eu. Lors mut li rois de Jerusalem ou il estoit; et ala encontre le conte de Triple et li cuenz vint contre le roi; si que il sentrencontrerent devant un chastel qui apele estoit Saint Job.

Car len dit ou pais que ilec manseit Job et que ce fu son manoir. De si loing come li rois vit le conte de Triple si descendi contre lui. Quant li cuens vit que li rois venoit a pie contre lui si descendi a pie ausi et ala contre lui. Quant li unz fu prez de lautre li cuenz sagenoilla devant le roi et li rois len leva si li geta les braz au col si lacola et baisa en la boche; puis retornerent a Naples et sen alerent herberger. Li rois se escusa envers le conte en maintes manieres de son coronement et des autres fais ensi come vos lavez oi devant.

Dont li cuenz li dist que se il voloit ovrer par son conseil que son roiaume seroit ferm et estable et bien governe; mais li envios enoiouz qui comensoient ja a hair ce que il devoient amer ne soffrirent que li rois feist rien par le conseil dou conte de Triple. Apres murent de Naples et alerent en Jerusalem et furent receus a grant procession et firent le jor grant feste de la joie que la gent orent de la pais dou roi et dou conte. La prist li cuens conge dou roi et li rois li comanda que il deust assembler son ost et les ajostast a la fonteine de Saforie que il savoit bien que Saladin assembleit son ost por entrer en sa terre.

Et li cuens li conseilla que il deust mander au prince de Antioche que il le secoreust et li feist assaver que il avoit ensi perdus ses chevaliers et le covent dou Temple et le maistre de lospital. Li rois fist ce que li cuenz li conseilla. Il ala a Saforie et auna ileques sez genz. La li envoia li princes dantioche son ainz ne fiz Reimont et o lui.

Apres manda li rois au patriarche que il aportast la Veraie Crois en lost. Li patriarches prist la Crois si la geta de Jerusalem si la charja au prior dou Sepucre si li dist que il la portast au roi car il avoit essoine si nen i poeit aler. Grief chose li estoit daler en ost. Or fu voire la prophecie que li arcevesques de Sur dist quant len eslut le patriarche que Eracles avoit conquise la Crois en Perse et aportee en Jerusalem et que Eracles len getereit et sereit perdue a son tens.

De tel hore geta Eracles la Crois fors de Jerusalem que onques puis ni fu tornee. Ainz fu perdue en la bataille si come voz orrez dire. Quant la Crois fu en la herberge dou roi si vint li maistres dou Temple si conseilla au roi que il mandast par toute sa terre que tuit cil qui sez sodees vodreent prendre venissent a lui et il lor donreit bons soz et si lor abandonereit le tresor que li rois Henris dengleterre avoit en la maison dou Temple. Quant li rois Henris ot fait martirer Saint Thomas de Conturbire si se apensa que il avoit mal fait et que il iroit Outre mer et feroit tant de bien o laide de Deu que il se acorderoit a lui de cest meffait et des autres dont il avoit Deu corroce.

Apres ce que Saint Thomas fu martires il envoieit chascun an en chascun passage grant avoir por metre en tresor a la maison dou Temple et de lospital en Jerusalem et voleit quant il venreit la que il trovast grant avoir dont il peust la terre secorre et aider. Cel tresor que le maistre dou Temple avoit dona il au roi Gui et li dist que il voleit que il amenast tant de gent que il peust assembler as Sarrasins por venger la honte et le damage que il avoient fait a lui et a la Crestiente.

Li rois prist lavoir et sodoia chevaliers et autres gens a cheval si que il ot bien chevaliers et sergenz a cheval mil et. Li cuens de Triple prist conge daler garnir Tabarie car il avoit oi dire veraiement que Saladin avoit assemble.


  • The Arizona Short Sale Guide For Homeowners - The 3 Vital Keys That Determine the Success of Any Short Sale in Arizona.
  • Daddy Dont Punish Me!.
  • Reed Butlers Story: cowboys, vampires, zombies, and the power of God?
  • Kuroko's Basket Tome 21 Pdf;
  • Mechanics of Microelectronics: 141 (Solid Mechanics and Its Applications)?
  • Il plot bien au roi que li cuens alast garnir Tabarie; si y ala et la garni de gens darmeures et de viandes et comanda a sa feme et a sez baillis que se il veissent lesfors de Saladin que il fust si grant que il ne se peussent deffendre que il se meissent es vaisseaus et se meissent en garnison en la mer et il les secorroit procheinement.

    Dedens ce que li rois fu venus a Acre et li cuenz vint dautre part de Tabarie. Ensi come il furent venus en la cite dacre un messages vint hastivement de Tabarie de par la contesse et fist assavoir au roi que Saladin estoit entres ou roiaume et avoit assege Tabarie o grant esfors de genz. Durement en furent espoente et esmeu. Li rois comanda tant tost semondre les barons et les chevaliers por avoir conseil sur les noveles que len li avoit fait assaver.

    Si come il furent assemble au parlement li rois demanda lavis et le conseil de ses homes et de touz ceauz qui ilec estoient. Li maistres dou Temple et li princes Renaus et maint autre conseillerent au roi que il alast chacer Saladin hors dou roiaume por ce que ce estoit en la novelete de son roiaume; que se il se laissoit foler as Sarrasinz Salahadin le meprisereit et il des puis ne porreit terre tenir contre lui et porreit perdre le reaume. Quant il orent fine lor dit li rois demanda apres au conte de Triple son conseil et son avis; li cuenz dist oiant ceauz qui ilec estoient: Sire je conseil et lo que vos faites garnir vos citez et vos chasteauz de gens et de viandes et darmeures et dautre maniere de garnison; et ja soit ce que li princes dantioche vos ait envoie son fiz et.

    Et lenfermete des lues et la chalor dou tens les assaudra; et dedens ce li princes et Bauduin dybelin seront venus a leisir; et en dementiers que Salahadin sera asseures nos serons apareillez et ferrons a lariere garde de son ost et le damagerons en tel maniere se Deu plaist que li roiaumes vos demorra tout en pais. Ensi come li cuens de Triple ot finee sa parole li maistres dou Temple et li princes Renauz distrent au conte que en son conseil avoit dou poil dou loup. Oiant ce li cuens de Triple se torna vers le roi et li dist: Sire je vos requier et semons de aler rescorre Tabarie.

    Li maistres dou Temple et le prince Renaut distrent au conte que li rois iroit volentiers. Tantost furent apareille li rois et tote la chevalerie dou roiaume de Jerusalem et murent de la cite dacre et alerent herberger a la fonteine de Saforie. Ileques fist faire li rois la mostre une autre fois; si se trova chevaliers assez et dautre maniere de gent a pie et a cheval; li quel estoient plus de. Li rois se fia plus en son pooir et en ses gens que en la vertu de Jhesu Crist et de la Sainte Crois. Et por ice lor mesavint il puis. Apres ce que il ot faite faire la mostre vost il encores avoir conseil a ses homes.

    Il demanda encore au conte de Triple que il le deust conseiller et li deist son aviz. Li cuenz li respondi come sages et dist: Sire sachez que lendemage de Tabarie est miens et sur moi torne et non sur autre; car la dame de Tabarie ma feme et si enfant sont dedenz le chastel; ne je ne vodroie pour nule riens que damages lor avenist; et je les ai garnis et conseillez que se il veoient que li esfors de Salahadin fust si grant que il ne le peussent soffrir que il se meissent et vaissiaus et se garentissent en la mer jusques a tant que nous les eussiens rescoz.

    Sur ce Sire se vos avez talant de conbatre o Salahadin alons nos herberger devant Acre et soyonz pres de nos fortereces. Je conois Salahadin a si orgueillos que il ne se partira dou roiaume jusques a tant que il vos ait envai de bataille; et se il se vient a vos conbatre devant Acre et que il nos meschee dont Dex nous en gart nos porrons avoir recueure a Acre et as autres citez qui ilec sont de pres; et se Deu nos en done la victoire que nos lesconfisons ainz que il soit entres en sa terre nos lauronz si aquis et debrise que il ne se porra jamais ralier.

    Quant li cuenz ot finee sa parole li maistres dou Temple li dist encores: Y a il dou poil dou loup. Quant li cuenz oi ce tantost dist au roi: Sire je vos semoing et requier que vos alez rescorre Tabarie. Il li respondi que il ireit volentiers. Dedenz ce la contesse de Tabarie manda messages au roi que il la deust secorre car ele et ses gens estoient durement gregez.

    Oyes ces noveles un cri sesmut en lost entre les chevaliers que len diseit: Alonz rescorre les dames et les damoiseles de Tabarie. A tant laisserons a dire dou roi et de la chevalierie qui estoit herbergee a la fonteine de Saforie; et dironz por quoi estoit la malevoillance et la greignor guerre entre le maistre dou Temple frere Gerart de Ridefort et le conte de Triple. Quant li maistres dou Temple vint novelement en la terre de Surie il esteit chevalier errant dou siecle; et fu aucune fois sodoier dou roi Amauri et dou devant dit conte et en grant amiste.

    Il fu en aucun tens moult privez dou conte si que li cuenz li otroia et promist le premier bon mariage qui li eschereit en sa seignorie. Ne demora gaires apres ce que Guillaume Dorel qui sires estoit do Botron si fu morz; le quel avoit eu a espose Stephanie qui fu fille de Henri le Bufle que Hue de Gybelet espoza puis la mort de Guillaume Dorel; de la quel il ot Gui de Gybelet. Il avoit une fille de sa premiere feme. Dedens ce que il fu morz un riche home de Pise vint ou pais que len nomeit Plivain.

    Icestui Plivain avoit aporte o lui grant avoir. Si requist au conte de Triple cele damoisele a feme qui estoit heir dou Botron. Sur ce que li cuenz lavoit promise au devant dit Gerart de Ridefort il la dona plus volentiers a Plivain que au devant dit Gerart por ce que li devant dit Plivain dona au conte de Triple grant avoir por celui mariage. Len dit que il fist metre la damoisele en balance et lor de lautre part; et lor que ele pesoit fut done au conte et plus; et por le grant avoir otroia li cuenz la damoisele a Plivain.

    Quant Gerart de Ridefort vit que li cuenz li ot refuse le mariage il en fu durement corrocez por ce que il lavoit donee ce disoit a un vilain. Car cil de France tienent ces ditaile en despit; car ja tant riches ne pros ne sera que il ne le tiegnent por vilain; car li plus de ceauz ditaile sont usuriers ou corsaires ou marcheanz et por ce que cil si sont chevaliers tienent ceauz a despit. Adonc se ranpona au conte de Triple et se parti de lui par corroz et ala en Jerusalem.

    Ne demora gaires apres ce que frere Arnaut de la Tor Roge qui estoit maistre de la maison dou Temple fu morz; et li frere de la devant dite maison eslurent a maistre cestui frere Gerart de Ridefort. Quant il vint au coronement dou roi Gui quant la reine li mist la corone sus la teste dou devant dit roi; li devant dit maistre aida a la roine a metre la corone sur le chef de son baron Gui de Liseignan. Quant il lot mise et adrecee si dist: Et ce fu lachaison de la haine qui estoit entre le maison dou Temple et le conte de Triple.

    Apres li rois manda le conte de Triple et les barons et le maistre dou Temple au vespre et lor demanda conseil. Li cuens de Triple conseilla au roi que il ne se remuast car Salahadin aveit trop grant gent et li rois navoit mie tant de gent que il se peust conbatre contre li et de Tabarie ne li chausist; car se Salahadin destruoit Tabarie il la feroit tost amender. Dont li rois et li baron qui la estoient se tindrent a paez de cestui conseil que li cuenz avoit done dou remanoir. Quant ce vint la nuit li maistres dou Temple vint au roi et li dist: Sire ne creez le conseil dou conte car ce est un traitre et vos savez bien que il ne vos aime riens et vodreit que vos eussiez honte et que vos eussiez perdu le roiaume; por ce je vos conseil que vos moves ades et nos aveques vos et alons desconfire Salahadin; car ce est la premiere besoigne que vos aves encomencee en vostre volente.

    Se vos ne vos partez de ceste herberge Salahadin vos venra ci assaillir et se vos vos partez par son assaut la honte et li reproches vos sera plus granz. Quant li rois ot ce oi il comanda que li oz se meust. Quant li baron de lost oirent dire que li rois comandoit de moveir il se merveillerent. Il vindrent au roi si li distrent: Sire vostre conseil estoit tel que vos et nos estions remez de movoir hui mais de ci. Par cui conseil est ce que vos faites moveir lost. Vos ne me avez mie a demander par cui conseil je le faz; je vueil que vos chevauchez et movez ades a aler envers Tabarie.

    Cil come preudes homes et loiaus obeirent au roi et firent son comandement. Puet estre que se il li eussent contredit icelui comandement que il lor fist de meauz en eust este a la Crestiente. Dun miracle qui avint en cel ost ne lairai que je ne vos die. Les chevaucheures de lost des Crestienz le jor devant et la nuit que il murent de la fonteine de Saforie en si grant chalor comme il faiseit onques ne vostrent boivre ne aigue goster ainz faisoient semblant de home qui est tristres et dolens.

    Dont lendemain quant il furent a la besoigne a la grant desconfiture comencerent a deffaillir a lor seignor et esteinstrent et morurent desoz eauz. Ne laira que je ne vos die de une aventure qui avint as gens de cel ost; et ja soit ce que ce semble fable et Sainte Iglise desfent que lon ne le doive croire. Quant li oz mut de la fonteine de Saforie et il orent passe Nazareth de. Li sergent cuiderent que ce fust aucune esclave qui sen fuist de son seignor il la pristrent.

    Aucunz y ot qui la coneurent que ele estoit de Nazerel; il li demanderent ou ele aloit a tele hore. Ele ne sot respondre a droit a lor demande. Il lespaventerent et mistrent en gehine et ele lor conut que ele estoit esclave dun Surien de Nazareth.

    What is Kobo Super Points?

    Il li demanderent ou ele aloit. Ele lor dist que ele aloit a Salahadin por aver guerredon dou servise que ele li avoit fait. Il la martirerent lors plus por savoir quel avoit este li servises que ele avoit fait a Salahadin. Ele dist que ele estoit sorcerrece et avoit ensorcere les gens de lost; par trois nuiz les avoit avironez tout entor et avoit fait ses conjuremens par le deable; et se il se fussent tenus une autre nuit que il ne se fussent meus de la herberge ele les eust si durement par art dou deable lie que Salahadin les eust trestoz pris que ja pie nen fust eschape.

    Et lor dist que il aloient en mau point a lor huez; car po de gent en eschaperoient deauz. Il fut bien voirs que po en eschapa de cele chevauchee qui ne fussent ou morz ou pris. Cil qui lavoient trovee si li distrent: Et porreies vos deslier lost de ce que vos les aves liez en tel maniere. Ele dist que oil se il voloient torner arriere a la herberge dont il estoient meu et non en autre maniere.

    Il le tindrent a gaz por ce que ele estoit Sarrasine et avoit reconeu que ele estoit sorcerrece. Ileques meismes assemblerent espines et fraische et firent un grant fue et la boterent enz. Ele sailli dou fue par. Ileques y ot un sergent qui ot une hache Danese si li dona par mi la teste si grant cop que il la parti mi; puis fu getee o fue et fu arse.

    Salahadin loi dire si li en pesa durement et la vosist avoir rachatee grant avoir par quoi ele ne fust arse. De ceste vieille nus ne se doit merveiller car nos trovons ou quart livre de Moysez escrit que quant li fil de Israel orent passe les desers de Synai et entrerent en la terre de Moab que nos apelons orendreit en ce tens la Terre dou Crac et Mont Real li rois de cele terre avoit nom Balac; de la poor que il ot des fiz de Israel dou fait que il avoient fait as autres rois de cele terre qui estoient si voisin si manda de ses homes et grant avoir lor en charja et lor comanda que il alassent a Balaam qui estoit outre le flum deufrate es parties de Rohais; et que il li deussent doner cel avoir et prometre plus grant par quoi il deust venir maudire et ensorcerer les fiz disrael par quoi il ne li peussent faire enui.

    Li message vindrent a lui et li firent le present et lor messagerie. Et il lor otrea daler. La nuit fist ses offrendes au deable ensi come il estoit usez. Il li fu dit en avision que il deust aler et que il se gardast que il ne maudeist les fiz de Israel. Ensi come il aleit son chemin il mua le comandement que Dex li avoit fait et voloit maudire les fiz disrael. Nostre Sires manda son angele au chemin par ou il aleit encontre lui une espee traite. Lasnesse vit langele o toute lespee traite si se effrea et sailli dou chemin en un chanp. Balaam comenca a ferir lasnesse et retorner en la voie; si tost come il lot retornee en un estroit chemin qui estoit entre deuz hayes dune vigne li angele li fu encores au devant o toute lespee traite.

    Lasnesse se effrea si tres durement que ele abati son seignor et au cheeir li brisa le pie. En dementiers que lasnesse se ombrageit et il la fereit nostre Sires ovri la boche de lasnesse et la fist parler a Balaam et si li dist: Sire vos me avez ja batue trois foiz ne sui je donques vostre asnesse que vos soleies chevaucher por quei me bates vos. Se je eusse une espee je te tuasse volentiers.

    A ceste parole que il dist nostre Sires li ovri les oilz et vit langele si laora tantost. Li angeles li dist: Ta voie si me est contraire. Sire je tornerai arriere se il vos plaist. Non je vueil que tu voises mais que tu te gardes que tu ne maudies les fiz de Israel. Il vint a Balac et Balac le recut honoreement et le mena sus une haute montaigne que il peust vooir les fiz disrael por meauz maudire. Ensi come il les vi si dist a Balac: Coment porroie je maudire ceauz que Dex a beneis.

    Une esteile naistra de Jacob et un home de Israhel se levereit et fereit et destruieit les cheveteines de Moab. Quant il ne pot veintre les fiz disrael par ses maleiconz et par ses sorceries si li conseilla que il deust eslire les plus beles damoiseles de toute sa terre et lor donast a chascune une some de vin et les envoiast en la herberge por ce que li fiz disrael estoient laz et travaille. Si verroient la beaute des garces si vodroient gesir a eles et beivre do vin; et ensi pecheront et corroceront Deu et Deu se corrocera avec eauz.

    Et se il les chacent que eles revieignent arrieres a vos sachez que il vos destruiront. Li fiz disrael retindrent les garces et jesirent a eles et burent de lor vin. Nul ne se deit merveiller se la terre de Jerusalem fu perdue; car il faisoient tant de pechez en Jerusalem que nostre Sires estoit durement corroces; et faisoient le servise au deable par quoi il les engigna que il mist la haine entreauz par quei li roiaumes fu perdus. Ci vos dirons de la election dou patriarche Eracle qui estoit arcevesque de Cesaire. Quant li patriarches Amaurris fu morz Guillaume li arcevesques de Sur qui estoit moult preudom et moult douteit Deu et lameit; il vint au chapitle dou Sepulcre et lor fist une preere disant en tel maniere: Seignors vos savez que nostre Sires a fait son comandement de nostre pere le patriarche; et vous estez apareillez de faire eleccion; je vos conseil en bone foi que vos ne eslizes nul prelat qui soit de ca la mer.

    Car vos porrez eslire tel que li roiaumes y aureit damage; et ce est nomeement de moi ou de larcevesque de Cesaire Eracle. Se vos le eslises et vos le nomez au roi li rois le recevra volentiers; car sa mere lameit moult et vos savez coment ele le fist faire arcevesque de Cesaire.

    Vos saves sa vie quel el est ausi bien come je meismes faz. Se vos volez eslire aucun preudome doutre mer je et li autre prelat dou roiaume vos conseillerons volentiers; et se vos doutez les despenz nos les feronz por vos; por ce vos di je ceste parole et vos dois ce conseil. Car je ai trove en escrit en aucun livre que Eracles aporta la Crois de Perse et la mist en Jerusalem; et Eracles la traira de Jerusalem; et a son tens sera perdue. Por ce vodree je que vos feissiez mon conseil. Li chanoine dou Sepulcre li otroierent. Quant li arcevesques fu partiz de eauz si alerent ou chapitle.

    La mere dou roi lor avoit ja pree que il deussent aslire le devant dit Eracle. Quant il furent en lor chapitle il parvertirent le conseil de larcevesque de Sur; et y ot aucunz deauz qui avoient este corrompu dont il eslurent larcevesque Guillaume de Sur et Eracle larcevesque de Cesaire a patriarche et les presenterent au roi. Li rois les recut a gre et sa mere li prea que il deust recevoir Eracle a patriarche; il fist la preere de sa mere et consenti a leslection que il avoient faite.

    Aucune gent dient que li rois de Jerusalem a tel seignorie en la election dou patriarche. Quant li chanoine dou Sepucre ont esleu patriarche il le deivent presenter au roi; et se il ont aucun esleu et il le presentent au vespre il a respit de respondre lendemain a hore de prime. Se il leslisent a hore de prime et il le presentent au roi; il doit respondre au vespre.

    Iceste franchise que lon dit que li rois de Jerusalem doit avoir je ne lai trovee ne onques nen oi parler por ce ne vueil je mie dire que ele soit autentique; se li rois a de ce privilege il le saura bien mostrer quant besoing li sera. Len dist et est trove en escrit quant li Apostle estoient herberge a monte Syon apres la Pentecoste et apres la mort de Judas il eslurent.

    Li unz avoit nom Josep li justes li autres Mathies. Le sort si chei sur Mathie; por ce vuelent dire aucunes gens que par cele raison sont li chanoine do Sepucre el luec des Apostles et li rois est li sort. Il eslisent et li rois prent. De la vie dou patriarche Eracle vos dironz quel ele avoit este et quel ele fu puis que il fu patriarches. Po avoit de sen et po savoit de letres; bele persone estoit. Dissoluz estoit de sa persone; toute sentente estoit a laborer de luxure. Agnes la mere dou roi meseau lamoit moult durement; et par la grant amor que ele avoit en lui le fist faire arcediacre de Jerusalem et puis arcevesque de Cesaire et puis patriarche ensi come est devant escrit.

    Il avoit la feme dun mercier de Naples qui est a vinte quatre milles de Jerusalem que li devant dit patriarches prist a amer. Ele avoit nom Pasque de Riveti. Il la faisoit soventes foiz venir a lui en Jerusalem; et venoit et demoroit o lui en Jerusalem. Il doneit tant a son baron et a lui que il les avoit fait toz riches; par quoi li barons consenteit la volente dou patriarche.

    Ne demora gaires que cil merciers fu mort. Li patriarches prist sa feme dou tout a lui et li acheta heritages et li fist laborer de bele pierre. Ele aleit si richement par Jerusalem que se il y eust aucun home estrange il cuidast que ce fust une contesse ou barnesse tant avoit de lor et des pierres precioses et des samis et de dras a or et de perles por aorner son cors. La gent qui la conoissoient quant il la veoient passer si disoient: Veez ci la patriarchece. Il avint une foiz que li patriarches et li rois et li baron dou roiaume estoient a parlement ou palais dou patriarche por les besoignes de la terre.

    Este vos un menestrier qui vint la ou cil seignor estoient assemblez; et cria: Sire patriarches bones noveles vos aport; se vos me dones bon luyer je les vos dirai. Li patriarches et li rois et li baron qui la estoient assanblez cuidoient quil deust dire noveles profitables a la Crestiente por ce que il estoit use quant aucunes bones noveles venoient en Jerusalem il aloit si les diseit au patriarche.

    Lors li dist li patriarches: Gloz di ces noveles mais que eles soient bones a nostre eus. Dame Pasque de Riveti a enfante une fille. Li patriarches li dist: Tais toi fos ne dire plus. Por ceste vie que li arcevesques Guillaume de Sur savoit de lui avoit il faite cele proiere as chanoines dou Sepucre si come vos lavez oi devant; mais il firent le contraire de ce que il lor avoit proie et non por quant nostre Sires le soffri que il le fust por le peche de ceauz de Jerusalem puis que Eracles fu patriarches le Juesdi saint la ou il estoit a monte Syon por faire le cresme.

    Si escomenia le devant dit arcevesque de Sur sanz amonestement et sanz apel que il lapelast devant lui por faire raison; dont li devant dit arcevesques apela a Rome que il deust aler respondre de la foi devant le pape Aleissandre au concile que il devoit tenir.

    Li arcevesques mut a aler. Li patriarches loya un fisicien et li dona grant avoir que il deust aler avec larcevesque Guillaume et lenpoisonast. Il le fist et lenpoisona. Li patriarches passa la mer et ala a Marseille et de Marseille ala en la Valdan en son paiz. Quant il oi dire que li arcevesques Guillaume estoit morz si sen retorna et vint en Jerusalem et fu de peor vie que il navoit este devant. Dont toz li clerges en prenoit mauvais eissample a la vie dou mauvais cheveteine; por les pechez des quels nostre Seignor se corroca moult durement a ceauz qui habitoient en Jerusalem et ou roiaume de Surie et netoia sa terre de ceauz qui le peche ovroient.

    Dont il avint quant Saladin prist Jerusalem que il trova en la cite. Li unz avoit nom Robert de Codre qui avoit este avec Godefroi de Buillon a la conqueste; li autres avoit nom Focher Fiole il fu nes en Jerusalem des la premiere conqueste tantost come ele fu conquise. Por ce quil estoient anciennes genz il ot pite deaus. Il li requistrent que il les soffrist a demorer et a finer lor vies en la cite de Jerusalem; il lor otroia volentiers et comanda que om lor donast quan que mestier lor fust tant come il vivroient. Si finerent ileques lor vies. Or vos dirons dou roi Gui et de son ost.

    Il murent de la fonteine de Saforie por aler rescorre la cite de Tabarie; si come il orent esloignee leve Salahadin lor vint au devant et manda ses hardeors qui hardeoient a eaus; do matin jusque a hore de midi chevaucherent a grant meschef contre mont la valee qui est apelee le Barof; quar les Turs les tenoient si pres de hardoier que il ne poeent aler avant. Li chauz estoit moult grant qui trop les grevoit ne en cele valee navoit lue ou il peussent trover eve et ensi les menerent tresque a mi jor si que il furent bien a mi voie de la fonteine de Saforie et de Tabarie.

    Lors demanda li rois conseil que il feroit et li cuenz de Triple li dona lors mauves conseil et li loa que il guerpist la voie que il tenoit car il estoit trop tart por quoi il ne porroit mie aler tresque a Tabarie por le grant hardoi que li Turc lor faisoient ne la ou il estoient navoit point deve ou il peussent herberger mais iqui pres outre cele montaigne a senestre avoit un casal qui a nom Habatin ou il a eve de fonteines a grant plente ou len porroit herberger la nuit et lendemain aler a Tabarie a grant loisir.

    Lors sacorda li rois a son conseil de ce; et ce conseil fu mauvais. Car se li Crestien eussent lors point esforceement li Turc eussent este desconfit. Mais il crut le dit dou conte et guerpi la voie que il aloit et torna contre mont la costiere et en celui torner li Crestien se desayverent por covoitise daler a leve par quoi li Turc pristrent cuer et lor corurent sus de toutes pars et savancerent si que il pristrent leve; dont il covint que nos gens sarestassent el somet de la montaigne ou luec que len apele Carnehatin.

    Et lors manda li rois Guis au conte que il conseillast lui et la Crestiente. Dont li cuenz de Triple dist que se li rois eust creu son premier conseil come il voloit ore il eust fait son grant profit et sauvee la Crestiente. Mais ores est il trop tart: Non mie por ce dist il je ni sai hui mais autre conseil mais que il face semblant de herberger et que il feist tendre sa tente el somet de celui mont.

    Lors crut li rois Gui le conseil et fist ce que li cuenz li loa. En celui somet de cele montaigne ou li rois Guis fu pris fist Salahadin faire une mahomerie qui encores y apert en loenge et en remenbrance de sa victoire. Quant li Sarrasin virent que li Crestien se herbergerent si en furent moult lie et se herbergerent entor lost des Crestiens si pres que li un parloient as autres; et se il y eust un chat qui sen fuist de lost des Crestiens ne peust il mie eschaper que li Sarrasin ne le preissent.

    Cele nuit furent li Crestien a moult grant mesaise et a moult grant meschef en lost que il ni ot home ne cheval qui beust la nuit. Le jor que il se partirent des herberges fu vendredis et lendemain le samedi fu feste de saint Martin le Bollant devant aost. Toute cele nuit furent li Crestien arme et si orent moult grant mesaaise de soif. Lendemain furent tuit apareille de conbatre et li Sarasin dautre part.

    Mais li Sarrasin se traistrent arriere et ne se vostrent mie conbatre tant que li chaus fust leves. Et si vos dirai que il firent. Il avoit grant bruiere derbe et grant assai par mi le plain de Barof et li venz ert levez de cele part moult fort; donc vindrent li Sarrasin si bouterent le fuec tout entor por estre a plus grant meschef que dou fue que dou soleil si les tindrent ensi tant que il fu haute tierce.

    Sire que atendes vos: Neis li sergent a pie se rendirent as Sarrasinz goule baee par destrece de soif. Quant li rois vit la destrece et langoisse de nostre gent et que li sergent sen aloient as Sarrasinz rendre si manda au conte de Triple que il poinzist sur les Sarrasinz por ce que en sa terre fu la bataille et que il devoit avoir la premiere pointe.

    Li cuenz de Triple poinst sur les Sarrasins et si poinst en un pendant contre val et li Sarrasin tantost come il le virent poindre vers eauz si se partirent et li firent voie ensi come il est lor costume; et li cuens passa outre et li Sarrasin tantost come il fu outre passes se reclostrent et corurent sus au roi qui demorez estoit; si le pristrent et toz ceauz qui avec lui estoient fors solement ceauz qui en lariere garde estoient qui sen eschaperent. Quant li cuenz de Triple vit que li rois fu pris et sa gent si sen fui a Sur et si estoit Tabarie a. Si ni oza mie aler por ce que il savoit bien que se il aloit a Tabarie il seroit pris que il nen porroit eschaper.

    Li fiz dou prince dantioche qui avoit nom Reimont et li chevalier que il avoit amenez avec lui et si quatre fillastre eschaperent avec lui. Balian dybelin qui en lariere garde estoit eschapa ausi et sen foi a Sur et Renauz de Saete qui unz des baronz estoit. En cele bataille fu la Sainte Crois perdue ne ne sot len que ele devint fors apres moult grant piece au tens que li cuenz Henri de Champaigne estoit sires dacre et de la terre que li Crestien tenoient.

    Si vint a lui un frere do Temple qui en la bataille avoit este. Sire se len savoit ou poeit trover home en ceste terre qui me menast la ou la bataille fu je troveroie bien la Sainte Crois que je lenfoi o mes mains le jor que la bataille fu. Donc vint li cuenz Henris si manda un suen sergent qui en la terre fu nez et li demanda se il savoit aler en la place de terre ou la bataille fu. Oil bien et si sauroie bien assener en la place de terre ou li rois fu pris. Lors li comanda li cuenz que il y alast entre lui et le frere do Temple.

    Quant il li ot dit que il avoit la Crois enfoye et cil li dist que il ni poeit aler se par nuit non; que se il y aloient de jor il seroient pris et retenu. De part Deu dist li cuenz alez y en tel point come vos savez que il y fait meillor aler. Il y alerent et si i furent bien par. Quant li Sarrasin orent desconfit les Crestiens et pris Salahadin rendi graces a nostre Seignor del honor que il li avoit fait et fist crier par mi lost que len li amenast en sa tente toz les chevaliers prisonz.

    Len li amena et il comanda quen menast les baronz et les hauz homes devant lui que il les voloit vooir et les autres laissast len dehors. Len mist laenz le roi et Salahadin le fist asseeir devant lui; aprez mist len le prince Renaut; apres si i mist len Hanfroi son fillastre; aprez si i mist len le maistre dou Temple; apres i mist len le marquis Boniface de Monferarre; apres i mist len le conte Jocelin; apres mist len le mareschal do roi; apres i mist len le conestable Heymeri qui estoit frere dou roi.

    Tuit cist haut home furent pris avec le roi en la bataille. Celi jor estoit samedi et si fu feste de saint Martin le Boillant. Quant Salahadin vit le roi et les autres baronz qui estoient en sa merci il en fu moult liez; il vit que li rois avoit chaut si sot bien que il avoit soif et que il bevroit volentiers; si fist aporter pleine cope de sirop a boivre por li refreschir.

    Quant li rois ot beu si tendi la cope au prince Renaut qui en coste de lui seeit por boivre. Quant Salahadin vit que li rois avoit done a boive au prince Renaut que ce estoit li hom ou monde que il plus haoit si en fu moult durement corroces et dolenz et dist au roi: Ce poise moi quant dont li avez. Mais puis que dont li avoit bien le beust mais ce ert par tel covent que jamais dautre ne bevroit; que por nul avoir quen li seust doner ne le lairoit il plus vivre que il ne li copast la teste il meismes de sa main; que onques foi ne seirement ne li tint de trives que il li donast.

    Quant li princes Renauz ot beu si le fist Salahadin prendre et mener hors de sa tente. Our objective was to assess the impact of the Atelier Climat initiative on participants, not only in terms of changing behaviors, but also to understand to what extent participants felt socially or ideologically empowered by their participation in this instrument of participatory democracy.

    And if innovation was there, the question remained as to how it might be disseminated, and what goals the various actors were trying to achieve through it. Glaser and Anselm A. The aim of our approach was to understand how the actors themselves workshop participants, local authority sponsors, and consultants involved in the project framed the issue of the articulation between sustainable development and participatory democracy. We investigated the object presented by the actors and on how it could be interpreted sociologically.

    Our inquiries therefore focused on the three main instances that structure social life and model behaviors, namely the material instance the place of objects, spaces and time , the social instance notably power relations and the imaginary instance the symbols and representations that give meaning to everyday practices S. The objective was to distinguish practices from representations: The panel was created at the start of the initiative. A second selection was then made, to bring the total down to households based on climate-related questions, awareness of environmental issues, motivations for joining the Atelier Climat, and refinement of the representation criteria , under the guidance of the consulting firm Missions Publiques 2.

    We then interviewed 44 of these households by means of direct semi-structured interviews. They were selected on six criteria: Economic difficulties brought successive governments into doubt and disrepute, and the popularity of the political class began to decline. But other forms of expression have gradually gained in popularity; citizen participation is being considered anew.

    An injection of citizen knowledge would, in this view, revitalize the existing public institutions. The Atelier Climat differs from other citizen workshops by its size participants and duration one year. It nonetheless follows the ternary rhythm peculiar to the mechanisms of participatory democracy.

    Ferrando y Puig, While these three phases do indeed interlace in the Atelier Climat, the fact remains that one can distinguish different forms of work, and different types of interaction, operating alternately and in a complementary manner throughout the collective reflection process. Participants could record their ideas on a specially provided response sheet. Their brief, however, was not to arrive at a general consensus at any price, but rather to reflect faithfully the different opinions and tensions that the questions might elicit.

    At the start of the Atelier Climat, participants were given the choice between two formulas, corresponding to different levels of involvement in the workshop. Formula 3 F3 required participation in the three climate meetings June , January and June Formula 7 F7 required more active participation and greater investment, with a total of seven meetings throughout the year the three climate meetings plus four thematic meetings, in September, November, February, and April.

    How could the F3 participants be expected to catch up with the discussions of the F7s, which were informed by the presentations of the various speakers? From an organizational viewpoint, the consultant-facilitators were pulled in two directions when putting together the general climate meetings. Each formula, it transpired, needed to have its own type of emulation.

    The formula 7 participants needed to have access to information following on from what they had previously learned at the thematic meetings, while the formula 3 participants needed to adhere to the process. It emerged that there is a clear link between an openly asserted environmental awareness and the decision to adopt a lifestyle that generates less greenhouse gas.

    The current consumption system is seen as a spiral, in which the possessor—the consumer—is in fact possessed: Just take a look at any supermarket at the moment: Lights everywhere, toys everywhere, food everywhere. Modes of production are more environmentally friendly. In this view, the society of overconsumption has reached its limits, notably in the exploitation of resources and raw materials, and needs to be rethought, or even redesigned.

    To do so requires prompt and firm measures by leaders, jointly decreed with the citizen-users, which may resemble forms of compulsion and restrictions on freedom, but would draw legitimacy from the urgency of the climate-change issue: We ought to plan ahead to prevent that! For the participants, their engagement with the Atelier Climat would enable them to adopt still more environmentally responsible behavior, in harmony with their own values.

    Their patterns of consumption are laden with symbolic implications. Their ethical, social, and above all ecological concerns seem to constantly refer back to the question of meaning in current consumption practices N. This transmission is only seen as legitimate and effective, however, through the collaboration between inhabitants and representatives: The participants in the Atelier Climat saw their action in this light: Three main expectations about citizen-participants were voiced at the start of the workshop, and confirmed afterwards: The main idea resulting from the Atelier Climat is that the citizen, as a user of services for example, water and waste , also has a role—a determining role—to play in designing public policy, notably by bringing simple or facilitative solutions to precise problems: This took the form of a time-investment, assiduous attendance of meetings for the most committed , and great care taken in the wording of each opinion, to make sure that it reflected as closely as possible their own requests and demands.

    We must also address the question of the possible dissemination of the Atelier Climat as a process of innovation. Boy, ; but can we really describe it as an innovative process? Alter and G. Gaglio , but creativity does not subsume the innovation process. Bundling creativity and innovation together would restrict the process of innovation to the phase of generating new ideas, and, moreover, runs the risk of individualizing it.

    In the academic literature and in institutional reports, multiple criteria are used to define innovation. He starts out from the question: But although the process was hailed and appreciated, notably for its scope, its impacts remained limited. Admittedly, the aim of the workshop was not to create anti-growth militants, but simply to initiate meaningful changes.